Voyage 1: Nkhata Bay!

Me voilà maintenant frais et dispo pour la suite de mon stage après un court séjour dans l’un des endroits les plus paradisiaques du Malawi, Nkhata Bay! Pourtant, je ne suis pas allé bien loin de l’endroit où j’habite. Je n’ai eu qu’à faire une heure de route dans un taxi (avec huit autres personnes) pour me rendre sur la côte du magnifique lac Malawi!

Mayoka Village - Un petit paradis!

Mayoka Village – Un petit paradis!

J’étais très heureux et un peu déçu à la fois d’aller dans un endroit comme celui-là sans pouvoir me baigner. La raison pour cela est que le meilleur médecin spécialisé en maladie tropicales au Canada nous avait mentionné à notre formation pré-départ à Toronto qu’il existe un parasite présent à peu près dans tous les étendues d’eau stagnants en Afrique. Ce parasite, nommé Bilharzia, reste collé sur la peau et pénètre le corps pour éventuellement se frayer un chemin vers les intestins. Cependant, cette petite bibitte là peut prendre jusqu’à 6 mois pour se rendre aux intestins. Si aucun traitement n’est administré, il est possible d’en mourir!

Sauf qu’une fois arrivé à destination, j’ai été ébahi par la beauté de l’endroit et n’ai pas su résister à l’envoutement du lac Malawi.  Je n’ai pas eu d’autres choix que de «me pitcher» dans le lac aussitôt arrivé. Je me suis baigné à plusieurs occasions par la suite, c’est-à-dire aux 20 minutes… Le fait qu’il faisait +1000 degrés n’aidait pas non plus, il faut dire! Il fait bien plus chaud à Nkhata Bay qu’à Mzuzu, car cette dernière est plus haute en altitude.

Tout ça pour dire que mes chances d’avoir le parasite à l’intérieur de moi sont bien réelles! Bon ça y est, j’ai fait peur à ma mère! Ne t’inquiète pas, il existe un médicament préventif qui tue instantanément toutes traces du parasite. Je vais me le procurer avant de revenir au Québec.

J’ai profité de ces petites vacances pour relaxer, lire et rencontrer des volontaires basés à différents endroits au Malawi un peu comme moi! J’ai toujours pensé que les opportunités de carrières en développement international étaient peu nombreuses. Sauf que depuis que je suis arrivé, je rencontre des gens de différents pays qui participent à toutes sortes de projets super intéressants.

J’ai aussi sauté d’une falaise, fait du kayak de mer, trouvé un bébé singe et me suis fait une vingtaine de nouveaux amis du Malawi. Tous des Rastaman! Je remercie mon t-shirt de Bob Marley qui agissait comme un «Rastaman Magnet».

Ils sont bien sympathiques malgré le fait qu’ils veulent tous vendre des objets taillés dans le bois aux nombreux Occidentaux qui passent dans le coin. J’en ai rencontré un plus particulièrement qui était différent des autres, Calvin. D’abord, il ne me demandait pas d’acheter ses trucs à chaque fois que je passais devant son kiosque. Et ensuite, parce qu’il s’est mis à me parler qu’il est intéressé à améliorer les conditions d’hygiène horribles à Nkhata Bay. Les gens se servent du Lac Malawi comme ils se servent d’une poubelle ou d’une toilette. Heureusement qu’il y a certaines personnes qui constatent ce que la ville lui fait subir malgré tous les bienfaits qu’un étendu d’eau du genre puisse apporter!

Ce sont eux qui ont trouvé le singe sur le bord du lac.

Ce sont eux qui ont trouvé le singe sur le bord du lac.

Une virée en kayak avec mon nouvel ami allemand Soren!

Une virée en kayak avec mon nouvel ami allemand Soren!

Calvin à qui j'ai tout de même acheté quelques souvenirs!

Calvin à qui j’ai tout de même acheté quelques souvenirs!

Je ne peux pas m'enpêcher de mettre des photos du singe!

Je ne peux pas m’enpêcher de mettre des photos du singe!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>