Poubelle, déchets et recyclage!

Comme j’ai pu le constater depuis que je vis au Malawi, il est inévitable que nos valeurs environnementales en prennent un coup!

Même si je m’y attendais, il n’y a pas de système de recyclage dans le pays. Je m’en suis aperçu dès que j’ai mis les pieds dans le bureau d’ingénieurs Sans Frontières à Lilongwe.  Il n’y avait qu’une poubelle. C’est alors que je me suis dit que si Ingénieurs sans frontières ne recyclait pas, c’était sans doute parce qu’il était impossible de le faire! Après un mois, je ne m’y suis toujours pas habitué. Ça me fend toujours le cœur de jeter une belle boîte de céréales aux poubelles. J’en connais plusieurs qui accumuleraient toutes formes de papier et de carton dans leur valise pour pouvoir les recycler convenablement  au Canada… Et ce au détriment de leurs propres affaires qu’ils offriraient à des gens dans le besoin. (Je vous admire en passant, car je n’en suis pas rendu là!)

S’il n’y a pas de système de recyclage, ne vous imaginez tout de même pas qu’il y a un système de récupération des ordures. Non. Chaque maison a leur poubelle et une fois par semaine, il mette tout en tas dans le champ et y mette le feu (que ce soit en ville ou en milieu rural). En plus, le vent emporte souvent au loin les sacs de plastique et les trucs du genre. Il y a des déchets partout.

En ville, la semaine dernière, alors que je résidais dans un genre d’auberge sur le terrain d’une église, on m’a dit de jeter mes déchets dans la rue et que quelqu’un allait les ramasser et les brûler. What?

Voici où j'ai dû jeter mes déchets!

Je ne vous parle même pas de tout ce que les gens peuvent jeter par la fenêtre des autobus. (Boîte de biscuit, carte d’appel pour cellulaires, etc.)

Mais bon, on ne peut pas les blâmer. Il est tout à fait normal que le gouvernement et les organisations internationales ne mettent pas la priorité sur l’environnement quand une grande partie de la population vit toujours sous le seuil d’extrême pauvreté et qu’ils peinent à se nourrir chaque jour…

Pour terminer sur une bonne note, les gens au Malawi recyclent n’importe quel objet qu’ils peuvent trouver.  N’importe quelle composante électronique, pièces de vêtements, etc. vont débuter leur deuxième, voire troisième vie dans les marchés. Tout ce que l’on peut y trouver est usagé, mais tout est utilisable. J’ai dû me trouver des habits propres pour le travail et je n’ai payé que quelques dollars.

Lorsque l’Afrique sortira de la pauvreté et que leur système d’éducation sera de meilleure qualité, il ne suffira que d’espérer qu’ils ne feront pas la même gaffe que les Occidentaux et qu’ils valiseront ce qu’ils font actuellement : ne pas acheter que du neuf, mais de réutiliser ce qui est réutilisable!

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>