Mon premier contact avec le Malawi

Je suis finalement arrivé à Lilongwe après environ 24 heures de vol et d’attente dans les aéroports. Aussitôt descendu de l’avion, un homme avec un long sarrau blanc (probablement un médecin) vérifiait les certificats de vaccination de fièvre jaune des personnes qui entraient au Malawi. Si jamais je ne l’avais pas eu, je suis certain que j’aurais eu à remonter dans l’avion et quitter le pays aussitôt. Ce papier est prioritaire, presque plus que le passeport!

Je vais rester à Lilongwe encore quelques jours avant de prendre la route vers Mzimba North, le district dans lequel je vais travailler cet automne. Mes collègues de WATSAN me donnent actuellement une formation autant sur le sujet de mon stage que sur les mesures de sécurité à prendre dans le pays.

À ma deuxième journée, j’ai réalisé un défi que presque tous les JFs font à leur entrée dans le pays, une «scarvenger hunt». Ma coach m’a donné une liste de trucs à acheter et à trouver dans le quartier tels que par exemple : un traitement contre la Malaria, un cadenas, des vêtements propres pour travailler, des tomates etc.

La plupart des trucs sur ma liste peuvent se trouver au marché. En fait, presque tout peut se trouver là-bas. Il est possible d’y acheter de la nourriture, des vêtements, des ordinateurs tout démontés, des téléphones etc.

IMG_1889 (1280x960)

J’ai même observé des sorciers qui vendaient toute sorte de produits naturels ayant supposément différents effets sur le corps, allant de la guérison de maladies, à l’augmentation de la masse musculaire, jusqu’à l’augmentation de performance au soccer. Assez comique! Ceux-ci étaient installés le long d’un ruisseau qui sépare le marché en deux. Auparavant, il n’existait aucun moyen de traverser rapidement pour aller voir les commerçants sur l’autre rive, alors certains individus ont pris l’initiative de construire des ponts pour permettre le passage moyennant des frais de 20 kwacha, soit à peu près rien en dollars canadien. Je ne crois jamais avoir marché sur un pont aussi «sketch». Il ne suffit que de ne jamais mettre les deux pieds sur la même planche en même temps et tout devrait bien aller!

IMG_1885 (1024x768)

À la fin de la journée, j’ai tenté de m’asseoir dans le coin d’une place publique pour écrire un peu. En cinq minutes, il y a au moins cinq personnes qui sont venus me parler pour me vendre des cartes postales, me réciter un poème ou juste apprendre à me connaître. Impossible d’écrire! Je dois dire que c’est assez bizarre de faire parti de la minorité visible. Les jeunes enfants me regardent comme si j’étais venu d’une autre planète.

6 thoughts on “Mon premier contact avec le Malawi

  1. Haha, c’est un bon début on dirait! Continue d’écrire, tu vas voir que tu auras pas mal plus de temps rendu dans ton village!

  2. “Les jeunes enfants me regardent comme si j’étais venu d’une autre planète.” – La planète d’azungu? Bienvenue à Malawi!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>