Un Tuk-Tuk à 20 Bath ? WOW !

NOTE : CET ARTICLE FAIT PARTIE INTÉGRANTE DE LA SECTION CABOCHON DE NOTRE SITE WEB. SI VOUS AVEZ LES OREILLES SENSIBLES, QUE VOUS ÊTES À LA RECHERCHE DE TEXTES RICHES, INTELLIGENTS ET RESPECTUEUX, VEUILLEZ VOUS ABSTENIR DE LIRE CET ARTICLE. IL PEUT ÊTRE CHOQUANT ET OFFENSANT. SINON, NOUS VOUS PROMETTONS QUELQUES BOUFFÉES DE RIRE. MERCI.

Premier réveil à Bangkok, on se lève bin crinqué de découvrir cette petite ville de 12 millions d’habitants. Un peu scrappé du décalage horaire, mais tellement motivé, on s’habille en touriste, s’équipe d’une carte de touriste et sortons de notre auberge en quête de nourriture !

Premier coin de rue, on comprend déjà ee rien pantoute avec les pancartes écrites en AMACHALA MACHALPU.  Le bon touriste à l’affut sort sa carte de sa poche, la déroule devant son visage ébahi, et discute avec sa blonde des possibilités envisageables sur un coin de rue étant 1000 fois pire qu’un carrefour giratoire. Pas deux ni trois, un ASTI de sympathique vient nous voir pour nous donner un coup de main. On n’avait pas l’air si perdu, mais bon.

À coup 120 mots Thaï par mot anglais, on réussit à déchiffrer ses hiéroglyphes verbaux. En gros, il ne savait à peu près pas le Canada est où, mais sa fille étudie là-bas, il aime bien aider les touristes et connait très bien Bangkok. Voilà le bon samaritain qu’il nous fallait pour nous enligner un peu.  Quelques hochement de tête au travers de son flot incompréhensible de paroles pour faire à semblant qu’on comprend, il nous beurre nos cartes avec son stylo laissant quelques trous par-ci par-là pour finalement nous caller un nice Tuk-Tuk. Trois dents en haut, deux en bas, notre deuxième Samaritain du jour, encore pire au niveau de la comprenure, finit par nous convaincre de prendre place dans son Tuk-Tuk. P-A, croyant être à l’affut et préventif lui demande combien pour la ride de Taxi; 20 Bath ma friend, no problemmmm. Crime, c’est donc bin pas cher ! On est dont bin chanceux ! Pour votre info, 20 bath c’est 75 ¢.

On se laisse donc emporter, Maude convaincue que les gens sont vraiment aimables, honnêtes et qui se soucient de nous aider. On arrive donc dans notre premier « Wat » de Bangkok. On est quand même surpris, on trouve ça super beau, on déguste notre première soupe, on capote bin red. Il y avait plein d’autres « victimes » à la peau blanche pour visiter les lieux avec nous. Nous sentant pressés, nous faisions toujours signe à notre chauffeur nous attendant gentiment si c’était correct qu’on s’éternise à prendre des photos. Take your time ma friend ! Alright d’abord !

Après cette visite du big standing Buddha et ce premier repas à Bangkok, on est vraiment confiant qu’on a un set-up de feu pour notre journée. Notre chauffeur nous arrache toujours notre carte pour nous dire toutes les choses qu’on va aller visiter et on tripp bin red.

Ne comprenant encore rien de ce qu’il nous dit, on décèle que nous sommes chanceux, car il va nous apporter dans un Office de Tourisme. Ayant en tête les fabuleux et honnêtes offices touristiques du Québec, nous sommes vraiment contents, car on avait plein de questions importantes, concernant la suite de notre voyage entre autres. On rentre là, c’est super beau et professionnel, donc on se dit que ça doit être gouvernemental et gratuit comme service haha ! On essaie de s’informer si c’est un service payant ou non, mais les réponses sont nébuleuses. Bref, on commence à jaser avec un Thaï qui parlait bien anglais pour vrai. Seul problème, il n’a jamais appris à calmer ses nerfs et écouter les questions de ses clients. Bref, dès qu’on lui disait un mot clé du type « Koh Tao », la réservation pour minimum trois nuits, moto louée, cours de plongée à 1000 $ payé d’avance était écrit sur son plan d’itinéraire. On commençait à pogner la game, mais trouvait ça intéressant pareil tsé. Le gros set-up, du lendemain matin jusqu’à ce qu’on sorte de la Thaïlande.

Bon, on ne s’attendait quand même pas à avoir à décider tout notre itinéraire d’avance. On commence donc à mettre les breaks un peu. Le Thaï connaissant la game pas à peu près, au lieu de nous laisser partir, nous propose même de planifier tout notre itinéraire au Cambodge et au Vietnam. On dit non calvaire, y’a toujours bin des osti de limites.

Il nous suggère donc de parler avec un autre agent touristique. Lui, c’était pas un Thaï. Jesus Christ, avec ses proches 350 lbs, son attitude de haut dirigeant de gang de rue, originaire du Pays de Galle, il était un peu plus persuasif que notre gentil Thaï. Persuasif n’étant probablement pas le mot le plus juste à côté de « intimidant, complètement désagréable,  raciste, etc. »

Prenant notre courage à quatre mains, on réussit à décrisser, Maude en leur disant qu’on revient demain et P-A complètement sans mots.

Aweye dans le Tuk-Tuk !

Pour se racheter un peu, voyant nos faces incrédules de ce qui venait de se passer, notre 5 dents nous amène voir un sleeping Buddha dans un temple privé, quelle chance ! Même le propriétaire du temple était là pour nous donner des hits points sur la Thaïlande. Il n’a d’ailleurs pas passé à côté du fait que la Thaïlande est un des meilleurs producteurs de soie de haute qualité. Bonne visite quand même.

Aweye dans le Tuk-Tuk, pour aller où vous pensez ? Dans un magasin de soie ! On dit à notre chauffeur gentiment que nous n’avons pas l’intention d’acheter de patente en soie. Il commence à se fâcher tranquillement nous expliquant que nous n’avons pas besoin d’acheter pour qu’il reçoive sa commission ! À bin maudit criss ! On a enfin compris que nous étions de vrais imbéciles heureux, au moins nous étions heureux. Une fois dans la shop de soie, toujours victime de vente sous pression, nous trouvons d’excellentes excuses pour nous en aller et finir par nous faire crier « Bastard Canadien ! » par le vendeur quétaine. Il nous a même expliqué qu’en achetant une superduppermaster cravate, notre chauffeur recevait 5 litres de gaz. C’était donc gentil d’acheter une cravate pour notre chauffeur. À part se torcher avec la cravate, P-A ne savait que faire d’elle. Étant beaucoup plus économique de se rincer le cul avec les gun à eau thaïlandais, P-A explique au vendeur qu’il ne veut pas de cravate et qu’il préfère payer du gaz au chauffeur.

À partir de là, nous étions des imbéciles fâchés, tout comme notre chauffeur qui n’osait plus nous sourire du haut de ses 5 dents. Il nous sort encore le manège comme quoi il allait nous amené visité d’autre nice place. Maude, du haut de son anglais incroyable, comprends rien et calme P-A qui commence à s’emporter quand le chauffeur termine sa discussion en disant qu’il nous fait visité UNE AURTE COLICE D’AGENCE TOURISTIQUE avant le prochain temple ! À terme d’une autre quasi-chicane avec le chauffeur, on prend notre mal en patience et saute dans le Tuk-Tuk.

Question d’avoir du fun là-dedans, on s’est fait un osti de plan de feu pour éviter de se faire vendre un package deal. Le plan consistait à créer une énorme impasse aux mains de l’agente touristique. On l’a pété bin red ! On lui a fait à croire que nous étions 3 jours à Bangkok et que nous prenions la route pour le Cambodge après, et que notre seule mission à Bangkok était de faire faire notre visa vietnamien. Faisant sa commission sur les transports, les tours touristiques et les hôtels à l’extérieur de Bangkok, son intérêt s’est vite dissipé jusqu’à laisser un vide malaisant dans la conversation nous permettant de prendre la porte en douceur.

De retour avec notre chauffeur, voyant son 3e échec, il ne sourit définitivement plus. On lui explique que nous préférons lui payer du gaz et qu’il nous amène aux endroits que l’on veut, mais il ne veut rien comprendre. On s’entête à lui dire qu’on veut le payer convenablement, mais se fâche encore haha ! Il finit donc par nous laisser sur un coin de rue brusquement avec ses 40 baths. Oui, car on a au moins doublé la mise initiale pour compensé ses commissions ratées. Au final, c’était arrogant à bien y repenser. 1½$ pour 3-4 heures de chariage en Tuk-Tuk…

Comme il est écrit partout dans les guides de voyages, refusez les fameuses rides à 20 Bath, à moins de vouloir tripper un peu, acheter de la soie et vous faire planifier votre voyage par un Gangster.

À termes de cette aventure, deux leçons. Ne pas vivre dans un monde de pouliche dans des endroits tranquilles comme Bangkok et voici notre revanche !

(Vidéo ci-bas !)

 

One Comment

  1. Andréanne Picard

    Je vais vous avouer que j’ai rit du début à la fin à imaginer vos réactions tout au long de ce périple. 😛 Les prochaines journées devraient mieux aller :)

Comments are closed