King Cobra and the Bunch of Criminals

Nous sommes en plein campagne électorale au Québec. Sur la table, les ressources naturelles. Gaz de schite, pétrole, pétrole de schiste, Plan Nord et minières. Je n’aborderai pas cela. Simplement un prétexte pour introduire la politique zambienne.

Mon président, Michael Chilufya Sata, est surnommé King Cobra pour sa rhétorique venimeuse. Ses allocutions sont tout simplement de purs délices.

Comme au Rio+20. Déclaration de qualité. Article disponible sur www.zambianwatchdog.com

“Come to Zambia and see what we have. We will waive some visa requirements and give you a visa on arrival”

“We have enough water for everyone, including the Greeks and Italians. We have wild animals and there is a lot more to see. The only thing we do not have in abundance is whiskey and that is because whiskey pollutes the environment.”

Il se passe quoi ces temps-ci, côté actualité, en Zambie?

Certains auraient aperçu une créature mi-homme mi-serpent près de la frontière avec la République démocratique du Congo. Est-ce une créature de Dieu?

Il vous faudra lire cet article exquis pour le savoir. Zambia : Half Human, Half Snake Creature – Is It God’s Creation? Sur allAfrica.com

Je vous parlais de compagnies minières au début du billet. Voici ce qui se passe ici lorsqu’on ne paye pas nos travailleurs. Zambian miners kill Chinese manager during pay protest. BBC News.

Il y a aussi notre nouveau stade de foot. Vous vous souvenez, j’ai été voir Chipolopolo écraser les Black Stars? Partenariat Zambie-Chine. Il y a des rumeurs qui disent que la Chine envoie des prisonniers comme travailleurs en Zambie. Économies substantielles quant à la main d’œuvre.

Ah, j’oubliais. Ce soir c’est la finale de Big Brother Africa. Il doit y avoir des millions d’Africains (et moi) rivés devant l’écran pour savoir, enfin, qui gagnera  300,000 $. Comme quoi il y a moyen de ne pas être dépaysé. Si vous saviez comme je m’en c… MAIS! Les publicités de Coke ne me laissent pas indifférent. Elles sont fantastiques, bien pensées et surtout mettent l’Afrique en valeur. L’inverse de Vision mondiale. Dis-je, en déposant fièrement ma canette.

Douche 2.0

Dans le sens où j’ai pris ma douche en deux étapes. Je suis à Solwezi pour quelques jours. Visa issues, comme d’hab. Je commence à me laver, l’eau arrête. Je reste là, debout, à avoir frette, regarder le pommeau, lui parler dans ma tête : « s’il-te-plaît?», rien, lui parler réellement : «S’IL-TE-PLAÎT?», toujours rien, quelques gouttes : «AGACE!». Une fois après avoir perdu mon calme et sec (pour avoir attendu trop longtemps et en vain), je sors de la douche du shampoing plein la tête et du savon un peu partout. Je passe l’avant-midi tout savonneux et réussi enfin à me laver convenablement en après-midi lorsque l’eau revient.

Épopée à l’épicerie

*Good Lord!  Kigan vient de gagner 300,000 piasses. Ma vie est changée.*

Épicerie disais-je. Insupportable. Il y avait tellement de monde. Du trafic je vous dis. Si je deviens président, il faudra un permis pour chauffer un panier. Sérieusement. Ça se stationne en double dans les voies rapides, roule n’importe comment sans considérer les sens uniques et effectue des dépassements par la voie d’accotement. Viarge.

Aujourd’hui, j’ai compris le sens du mot chaos. Pourtant, à un moment, toutes mes pensées de mort se sont évanouies. Paix intérieure. Je ne sais pas comment c’est arrivé, mais c’était fabuleux.

Et tout ça avait un quelque chose d’irréel. Si je veux manger quelque chose, j’ai juste à l’acheter. Tout est possible. Sauf le saumon fumé, mais c’est une autre histoire. C’est fou. J’arrive là avec mon argent et je ressors avec tout ce que je veux. Aussi simple que ça. Je n’ai pas ça au fond de la brousse. On mange ce qu’on fait pousser.

Et je me suis gâté. Du vrai café et du yogourt. Mon premier produit laitier depuis un mois. Ça et plein d’autres trucs. Au retour, je me suis improvisé chef.

Entrée : tomates-cerises sur pain au beurre (margarine, on fait avec ce qu’on a) à l’ail et aux fines herbes

Salade : laitue, tomates-cerises, concombres, avocats, carottes râpées et vinaigrette genre balsamique

Repas : steak frites

Les Zambiens ont apprécié. On m’a même demandé de re-cuisiner.

Déception de la soirée? J’étais le seul à manger des olives et à choisir ma vinaigrette. Sauce chili comme vinaigrette et se cuisiner du nshima après le repas pour un des convives. Hahahaha. Vaut mieux en rire qu’en pleurer. J’ai hâte de vous raconter lorsque je ferai du pain doré.

Il se fait tard, je vais me coucher.

Gabriel

En passant, j’ai reçu de nouveaux appels et courriels. J’aime ça. Il y en a même qui ont relevé mes défis. Celui du restaurant, par plusieurs en plus. Félicitations.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *