J’ai la malaria

Non, je ne vais pas mourir.

À vrai dire j’ai déjà survécu. J’attendais patiemment que la convalescence s’achève avant de vous le raconter. À vous de juger si le titre de cet article, aussi mensonger soit-il,  mérite condamnation.

Je n’avais tout simplement pas envie de recevoir plein de commentaires de prompt rétablissement.

Quoi que si j’en croie les statistiques actuelles du blog, personne (ou presque) ne m’écrit de toute façon.

Ne vous en faites pas chers lecteurs, je l’ai déjà dit à ma maman. Je lui ai parlé cette semaine. Elle ne l’apprendra pas dans les internets. Ça, ça aurait été digne de condamnation.

J’ai eu la malaria. Autant en rire qu’en pleurer.

Premiers réflexes de gens qui vous aiment quand vous leur annoncez la nouvelle :

«As-tu pris tes médicaments à tous les jours?» Non.

Surtout que ça coûte cher cette cochonnerie. Il y a deux ou trois traitements disponibles. Un de ceux-ci (Lariam) a pour effet secondaire de causer des psychoses. Il est moins cher, vous le prenez une fois semaine et le tour est joué.  Non merci les psychoses pour moi.

L’autre option c’est Malarone. La petite pilule à 5$ que tu commences à prendre deux jours avant de partir, tout l’été et encore une semaine au retour. C’est de la prévention et un traitement en même temps. Je vous laisse calculer ce que 5$ par jour pendant 4 mois ça coûte. Et en plus celui-là n’est pas remboursé par ISF.

Ce que j’ai fait? J’ai commencé par avaler les pilules restantes d’une ancienne prescription. Je suis cheap de même. On envoie ben nos médicaments périmés en Afrique, ne me sermonnez surtout pas d’avoir apporté les miens.

Et la semaine dernière j’ai voyagé pas mal. Se lever à 5h pour prendre l’autobus et déjeuner en route. Quand je me lève à 5h je suis confus et j’oublie. Peut-être oublié quatre matins.

« Dors-tu sous un filet toutes les nuits? » Non.

À vrai dire oui. Sauf la semaine dernière en voyageant un peu partout. Je n’ai pas de salaire cher public. Alors je n’ai pas les moyens de me payer des chambres à l’hôtel. Nous nous sommes ramassés 3 JFs à dormir dans le même lit pour économiser. Je suis cheap de même. Le 4e dormait sur le divan. Ne me demandez surtout pas d’ajouter un filet à cet inconfort.

Les fenêtres étaient fermées de toute façon. Ce n’est pas aussi nécessaire que chez moi où il vente par les craques. Et sérieusement, juste pour les araignées dans ma chambre, je dors avec un filet.

«Est-ce que tu appliques du chasse-moustique religieusement sur toutes tes parties découvertes ?» Non.

De toute façon c’est l’hiver ici. On gèle la nuit. Il doit faire sérieusement pas plus que 10 °C. Je dors avec un sac de couchage et une grosse couverte. Et ma tuque parfois. La Zambie en hiver c’est chaud pendant le jour seulement. Les moustiques ne survivent pas. J’en ai vu deux au maximum. C’est peut-être le même puisque je ne l’ai pas tué. Je porte des vêtements longs dès que je me lève ou dès que le soleil se couche. Et le chasse-moustique que j’ai est tellement puissant qu’il ferait des trous dans mes vêtements.

Ensuite l’œil te pique, tu te grattes, l’œil te brûle. Ou tu manges avec ta main et tu ingères du chasse-moustique. Probablement pire que la malaria.

«Ben là, tu courais après.»

Peut-être, peut-être pas. Les médicaments n’immunisent pas contre la malaria. C’est comme le vaccin contre la diarrhée du voyageur : possible que tu la pognes quand même. Pis si tu ne l’as pas, c’est peut-être même pas à cause du médicament.

«Comment ça s’est passé?» (Cœurs sensibles s’abstenir… non c’est pas vrai, c’est juste que j’ai toujours voulu écrire ça.)

Introduction

Ben il y a un trois semaines de ça, je me suis réveillé au beau milieu de la nuit avec des douleurs abdominales et des intestins un peu trop stimulés. En vous épargnant évidemment tous les détails, j’ai passé une bonne partie de la nuit éveillé à faire des allers-retours. J’ai finalement pris des immodiums pour être certain de dormir.

Le lendemain je ne me sentais toujours pas mieux. Merci à ma mère d’accueil qui travaille comme infirmière. Elle m’a donné quelques médicaments qu’elle avait en réserve. En deux jours j’étais remis sur pied.

Élément déclencheur

La semaine dernière. Je m’en vais me coucher. Même sensation abdominale qu’il y a deux semaines. Un immodium pour la chance avant d’aller se coucher. Le lendemain je me sens un peu croche, mais ce n’est pas si pire que ça.

Péripétie 1

Mon frère et ami et garde du corps, nommé Fuli, me suggère de l’accompagner à l’hôpital. Juste au cas. Je refuse.

Péripétie 2

Fuli me le suggère fortement. Je refuse.

Péripétie 3

Fuli me l’ordonne. J’accepte. On se rend à l’hôpital dirigé par des missionnaires canadiens. Fuli a un ami qui travaille à l’hôpital en plus de sa mère. Je m’assume, j’ai utilisé ma carte privilège. En moins de 15 minutes :

  • Je suis passé devant tout le monde
  • J’ai complété mon dossier
  • J’ai payé mon inscription : 1$
  • Mon adresse est : Canada
  • Je suis encore passé devant tout le monde
  • J’ai rencontré un médecin, Sister Daisy, ±72 ans
  • J’ai passé un test sanguin

Après une heure les résultats sont sortis. Malaria. J’ai le sang contaminé par des psalmodies. On m’a donné plein de médicaments et expliqué comment les prendre. Sérieusement, 15 pilules par jour pendant 3 jours et c’est sans compter les aspirines.

Traitement

Les deux premiers jours je me sentais un peu trop bien. Je n’y croyais qu’à moitié à toute cette histoire de malaria. Un peu de fatigue mais voilà tout. Le troisième jour j’ai compris. Fatigue, douleurs abdominales, je dormais mal, j’avais froid, peut-être même un peu de fièvre, courbatures, mal de tête. J’ai terminé mon traitement.

Conclusion

Maintenant je vais mieux. L’épisode de malaria est terminé. Je continue toujours de prendre Malarone. Je dors chaque nuit sous un filet, mais juste pour les araignées.

Ouverture

Je ne dirais pas que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Je me suis auto-diagnostiqué une inflammation de l’oreille externe droite causée par l’utilisation prolongée des bouchons (presque deux mois). Je dors donc sans eux et devrai apprendre à supporter les coqs et les chiens.

10 thoughts on “J’ai la malaria

  1. Hahaha! Gab, t’es vrm pas chanceux 😛
    Srx, moi aussi j’ai dû voir un ou deux moustiques jusqu’à maintenant!

    Par contre, je ne pense pas que ce soit à Ndola que tu te sois fait piquer : les moustique (si vraiment il y en a) ne volent pas à cet étage là!

    On se voit dans 2 semaines!

  2. Tu as maintenant la maladie des vrais hommes 😛 non mais serieux c’est pas cool, mais bon c’est comme la syphilis grimpante tu l’as pour toujours XD. C’est certain que tu as de bonnes chances de l’attrapper meme si tu prends les pillules. En tout cas continue de nous ecrire je lis toujours tes peripeties

  3. Ouais mon brave, c’est dur par chez vous! Sérieusement prend soin de ça c’est une grippe que ta pogné. Pis pour pas juste focusé sur la maladie, ta eu un traitement royal coté hôpital. Ici tu serait probablement encore aux urgences :p

  4. Salut Gabriel!

    Je voulais juste te dire que même si on ne t’écrit pas beaucoup, on lit religieusement ton blogue chez nous. On trouve ça vraiment excellent, drôle et bien imagé à chaque fois. Moi pis Andréanne on se demande souvent l’un à l’autre: «hey, le nouvel article de Gab yé tu arrivé?». On a ben hâte que tu nous racontes tout ça en revenant (même si tu fais ton blogue pour ne pas avoir à te répéter un million de fois au retour).

    Lâche pas la patate!

    Antoine

  5. En tout cas, une chose est sûre, tu as été très attentif dans tes cours de français :P!!

  6. Salut frèrot! Je fais aussi parti du club des fans du blogs! Chui content de savoir que tu t’es bien remis.! La photo de caméléon c’est toi qui l’a prise?

  7. Je félicite l’intelligence et la profondeur de ce paragraphe;
    «Ce que j’ai fait? J’ai commencé par avaler les pilules restantes d’une ancienne prescription. Je suis cheap de même. On envoie ben nos médicaments périmés en Afrique, ne me sermonnez surtout pas d’avoir apporté les miens.»

    P.S. Tu es un solide bonhomme.

Leave a Reply to William Tremblay Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *